Retrouvez toutes nos actualités

La Vendée, un secteur en mal de logements

Se loger en Vendée est devenu un vrai casse-tête. La problématique sera au cœur du prochain scrutin dans le département : les élections législatives, le 12 et 19 juin 2022. Sur les maisons anciennes, les prix ont augmenté de 31 % en dix ans, selon les derniers chiffres de la Chambre des notaires de Vendée, en avril 2022. Et entre les différents secteurs géographiques, les données varient.

 

« En 2021, les prix n’ont fait qu’augmenter rendant la situation actuelle très tendue. La pénurie de logements s’accélère, alerte Fabrice Abraham, cofondateur de Ma compagnie immobilière, en Vendée, et ancien directeur de Guy Hoquet. Dans le département, il n’y a pas qu’un seul marché immobilier, il y en a quatre. »

 

2021, une année de ventes record : 

 

Sur le marché immobilier, la Vendée se divise en quatre secteurs : le littoral, le centre vendéen, le Bocage et le Sud-Vendée – de Luçon à Fontenay-le-Comte. Fabrice Abraham attribue alors des enjeux à chacun : « Sur le littoral, le marché immobilier est plus touristique. Dans le centre vendéen, il est plus économique du fait de sa cité administrative, La Roche-sur-Yon, mais il est également très étudiant. Le Bocage, lui, est très économique avec son faible taux de chômage. Quant au sud Vendée, il oscille entre tourisme et économie. » La demande est là, mais l’offre ne suit pas. Il est devenu difficile pour les travailleurs et étudiants de trouver de quoi se loger sans être obligés de s’excentrer.

 

Pour autant, les acquisitions en Vendée ne sont pas en baisse. La Chambre des notaires de Vendée affirme qu’en 2021, le volume de ventes a augmenté de 17 %, soit plus de 22 000 ventes, un record.

 

Pourquoi une telle hausse ?

Avec la pandémie, la population a voulu se mettre au vert. « Les gens ont eu ce besoin d’extérieur. Finalement, acheter un bien avec un jardin ou un balcon est presque devenu une nécessité », observe le cofondateur de Ma Compagnie immobilière. Quitte à avoir une surface habitée plus petite.

 

Du côté de Montaigu-Vendée et des Herbiers, il y a huit demandes d’acquéreurs pour une seule offre. « Dans le département, l’âge moyen des acquéreurs est de 25 ans, alors qu’en France il est de 33 ans (2) », évoque l’expert en immobilier. Quant à la location, douze demandes pour une offre. En octobre dernier, dans nos colonnes, Didier Le Bras, directeur de l’Adile (Agence d’informations sur le logement et l’énergie) constatait qu’en location « les types de biens en tension sont les plus petits logements, comme les studios pour les jeunes actifs et étudiants ».

 

 

Aujourd’hui, en Vendée, le coût de l’immobilier varie selon les secteurs géographiques.

Le littoral reste le plus cher, avec des prix allant jusqu’à de plus de 4 000 € le mètre carré. | INFOGRAPHIE OUEST-FRANCE

 

Avec 250 000 €, qu’est-il possible d’acheter ?

Le confort a un certain coût. Actuellement, le prix de vente médian des maisons anciennes dans le département est de 195 000 €, toujours d’après le rapport de la Chambre des notaires de Vendée. Sur un an, le prix a augmenté de 12,1 % en moyenne.

 

Alors avec un budget de 250 000 €, qu’est-il possible d’acheter en Vendée ? « Du côté de Fontenay-le-Comte, vous aurez un 120 - 140 m², pour Les Herbiers, plutôt un 90 - 100 m² et vers Saint-Gilles-Croix-de-Vie, un 50 - 60 m² », éclaircit Fabrice Abraham. Le site Ouest-France-immo, confirme ces données. Dans nos colonnes, Didier Le Bras avançait l’idée qu’en Vendée, « 50 % des personnes qui construisent le font dans la commune où ils résident en tant que locataire. Il n’y a pas de grosse mobilité. »

 

Et les appartements alors ?

Dans le département, le prix médian du m² pour un appartement, en 2021, est de 2 980 €. Trois villes du littoral et des îles vendéennes détiennent les prix les plus chers du secteur. D’abord, Les Sables-d’Olonne avec 4 430 € le m², puis Saint-Gilles-Croix-de-Vie avec 4 320 € le m², et Noirmoutier-en-l’Île avec 3 810 € le m².

 

La loi Pinel peut-elle favoriser le logement ?

En Vendée, six communes sont éligibles au dispositif Pinel, sur 257 : Barbâtre, L’Épine, La Guérinière, Les Sables-d’Olonne, Noirmoutier-en-l’Île et Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Cette loi permet de plafonner le montant des loyers pour le locataire alors que le propriétaire bénéficie, lui, d’une réduction d’impôt.

 

Fabrice Abraham répond alors : « Le Pinel pourrait nous permettre de mettre en location plus de biens… Mais la politique en matière de logement est un temps long, alors que la problématique est bien d’actualité. »

 

 

(1) Dossier de presse – Les marchés immobiliers de Vendée – avril 2022 ; Chambre des notaires de Vendée.

(2) Étude Ifop réalisée en mars 2021 - Les Français et l’accession à la propriété.

 

Source : Ouest-France
www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/vendee/legislatives-2022-la-vendee-un-secteur-en-mal-de-logements-49ce8776-db84-11ec-84fd-0d1f31a3fa84

Partager cette actu